Sortie de résidence Partikules + Distortion

30 novembre 2018

La compagnie de danse contemporaine Cie 121 propose une performance de danse unique en interaction avec les installations numériques développées par Robin Lamarche-Perrin (CNRS – ISC-PIF/LIP6).

Entrée libre sur inscription sur le site de l’Institut des Systèmes Complexes de Paris Ile-de-France.

Cliquez pour s’inscrire maintenant

Programme

19.30 – 19.55 : Partikules (chorégraphie en interaction avec le dispositif Moving Cells)

  • performance par la Cie 121
  • présentation du dispositif Moving Cells (Robin Lamarche-Perrin)
  • discussion autour du concept d’émergence

19.55 – 20.25 : Pause apéritive durant laquelle le public est invité à interagir avec l’installation

20.25 – 21.00 : Distorsion (chorégraphie en interaction avec le dispositif Time Delays)

  • performance par la Cie 121
  • présentation du dispositif Time Delays (Robin Lamarche-Perrin)
  • discussion sur la collaboration art et science
  • interaction du public avec l’installation

A propos de Moving Cells

Moving Cells est une installation numérique proposant d’interagir, via le mouvement, avec un nuage de particules virtuelles. Agissant tour à tour comme attracteur ou comme répulseur, notre corps produit à partir de règles simples des motifs d’une variété infinie, illustrant ainsi le principe d’émergence cher aux sciences de la complexité. Rapidement, ces règles sont intériorisées, le dispositif technique oublié, et le nuage devient une extension naturelle, un second corps offrant des contraintes physiques et des modalités d’expression qui lui sont propres.

Cette installation a été développée par Robin Lamarche-Perrin et par Bruno Pace pour le festival de danse Moving Cells, en juin 2015, à Leipzig.

A propos de Time Delays

Time Delays est une installation vidéo offrant un miroir déformé de l’espace et du temps. Les mouvements semblent d’abord perturbés par de légers contre-temps, par un délai hétérogène. Certaines portions de l’espace réagissent plus rapidement que d’autres. Les trajectoires sont ainsi déformées : des ondes apparaissent sur les simples translations, des spirales sur les rotations. L’espace devient le terrain de curieuses apparitions, images déformées de spectateurs et de spectatrices assujetties aux flexions imposées par le temps.

Cette installation a été développée par Robin Lamarche-Perrin et par Bruno Pace pour l’exposition In the dark, en octobre 2015, à Leipzig.